Aller au contenu

Letton

Latviešu valoda

Nombre de locuteurs natifs

environ 1,7 million

Langue officielle en

Lettonie, UE

Diaspora

États-Unis (100 000), Irlande (50 000), Grande-Bretagne (40 000), Canada (28 000), Brésil (25 000), Russie (20 000), Australie (20 000), Nouvelle-Zélande (20 000), Lituanie, Estonie, Ukraine, Belgique

Alphabet
33 lettres
Cas grammaticaux
7
Code de langue
lv, lav
Typologie linguistique
flexionnelle , SVO
Famille de langue
Indo-européen, branche balto-slave, groupe balte, subdivision balte orientale
Nombre de dialectes
trois dialectes : livonien, central (sur lequel est basé le letton littéraire standard) et supérieur

Mot le plus long

mouvement dans le sens inverse des aiguilles d’une montre

Phrase ou mot curieux

trièdre
très difficile à prononcer
entrée
on peut considérer qu’il n’a pas de consonne

Histoire

Le letton est l’une des deux langues encore vivantes de la famille balte orientale des langues indo-européennes. Contrairement au lituanien, le letton n’a pas conservé beaucoup de formes archaïques.

Les recherches montrent que les langues baltes formaient une branche séparée des autres langues indo-européennes dès le Xe siècle avant notre ère. Les langues baltes orientales se sont séparées des langues baltes occidentales (ou, simplement, des langues baltes) vers le Ve siècle. Le lituanien et le letton ont commencé à se séparer au IXe siècle, bien qu’ils soient restés des dialectes d’une même langue pendant une longue période.

Grammaire

L’ordre des mots dans la phrase est libre, il dépend du mot qui a le sens le plus important. Par exemple, « Il y a de l’eau dans le verre » se dit Glāzē ir ūdens, et « L’eau est dans le verre » se dit Ūdens ir glāzē. Le letton n’a pas d’articles, mais les adjectifs peuvent être définis ou indéfinis.

Les noms en letton ont un genre et varient en nombre et en cas. Il y a sept cas :

Masculin Féminin
Singulier
Nominatif Draug-s
ami
Vēj-š
vent
Kuģ-is
bateau
Liep-a
tilleul
Pas-e
passeport
Génitif Draug-a Vēj-a Kuģ-a Liep-as Pas-es
Datif Draug-am Vēj-am Kuģ-im Liep-ai Pas-ei
Accusatif Draug-u Vēj-u Kuģ-i Liep-u Pas-i
Instrumental Draug-u Vēj-u Kuģ-i Liep-u Pas-i
Locatif Draug-ā Vēj- ā Kuģ-ī Liep- ā Pas-ē
Vocatif Draug-s! Vēj-š! Kuģ-i! Liep-a!
Pluriel
Nominatif Draug-i Vēj-i Kuģ-i Liep-as Pas-es
Génitif Draug-u Vēj-u Kuģ-u Liep-u Pas-u
Datif Draug-iem Vēj-iem Kuģ-iem Liep- ām Pas-ēm
Accusatif Draug-us Vēj-us Kuģ-us Liep- as Pas-es
Instrumental Draug-iem Vēj-iem Kuģ-iem Liep- ām Pas-ēm
Locatif Draug-os Vēj-os Kuģ-os Liep- ās Pas-ēs

Les adjectifs varient en genre, nombre et cas ; ils s’accordent avec le nom auxquels ils se rapportent.

Les adjectifs lettons ont la particularité d’avoir des formes longues et courtes.

Les verbes lettons sont conjugués selon la voix, le temps (présent, passé et futur), le mode, la personne et le nombre. Ils ont aussi de nombreux participes.

Exemples de participes :

  • ziedošs koks
    arbre en fleurs
  • noziedējis koks
    un arbre qui a perdu ses fleurs
  • lasāma grāmata
    le livre en train d’être lu
  • izcepta maize
    pain cuit
  • viņš iet domādams
    il marche en pensant

Écriture et prononciation

L’alphabet letton moderne comporte 33 lettres.

  • a
  • ā
  • b
  • c
  • č
  • d
  • e
  • ē
  • f
  • g
  • ģ
  • h
  • i
  • ī
  • j
  • k
  • ķ
  • l
  • ļ
  • m
  • n
  • ņ
  • o
  • p
  • r
  • s
  • š
  • t
  • u
  • ū
  • v
  • z
  • ž

Les voyelles lettones peuvent être longues ou courtes. Les voyelles longues et courtes sont considérées comme des sons à part entière, et la longueur permet de distinguer certains mots, par exemple : kazas – chèvres, kāzas – mariage, kase – caisse, kasē – dans la caisse. Les voyelles longues, en letton, sont indiquées à l’écrit par un macron au-dessus de la lettre : ā, ē, ī, ū.

Diphtongues : ai, ei, ui, o [uo], au, ie. La semi-consonne j après une voyelle peut créer une diphtongue, par exemple : klajš [klaiʃ] « à fond », zvejnieks [zveinieks] « pêcheur », šuj [ʃui] « il coud ». La consonne v peut elle aussi former des diphtongues, par exemple : tev [teu] « à toi ».

En letton, les lettres Ļ ļ, Ņ ņ, Ķ ķ, Ģ ģ représentent quatre consonnes mouillées. Les consonnes sonores deviennent sourdes lorsqu’elles sont devant une consonne sourde. En fin de mot, les groupes de consonnes -ds (gads, « année ») et -ts (lakats, « mouchoir ») sont généralement prononcés [ts], et -žs (spožs, « clair ») et -šs (svešs, « étranger ») comme « ch ». Les consonnes sonores en fin de mot sont toujours prononcées sonores.

En letton, l’accent tonique est toujours sur la première syllabe (à quelques exceptions près). Il y a trois types de tons : plat (stieptā), descendant (krītošā) et interrompu (lauztā intonācija). Quelques exemples : loks ([luõks], oignon vert), loks ([lùoks], arc), logs ([luôgs], fenêtre).

Les consonnes lettones peuvent être sourdes ou sonores, dures ou molles (ou « mouillées »), et ont différentes caractéristiques en fonction du point et du mode d’articulation.

Dialectes

Il y a trois dialectes principaux en letton :

Savoir-vivre

Le vouvoiement est formé en utilisant le pronom de la deuxième personne du pluriel, Jūs (« vous »).

La manière officielle de s’adresser poliment à quelqu’un consiste à utiliser son nom de famille au génitif avec les mots kungs (« monsieur ») ou kundze (« madame »), par exemple : Kļaviņa kungs, Liepas kundze. La même construction est utilisée pour s’adresser à un supérieur, par exemple : prezidenta kungs, ministres kundze.

On s’adresse à ses parents en les tutoyant, mais le vouvoiement est parfois encore utilisé dans les villages. Les prénoms sont employés dans les situations familières, les noms de famille dans les situations formelles.

Il est intéressant de noter que le letton n’a pas de jurons très forts. Ceux qui veulent dire des gros mots doivent se résoudre à employer des mots lettons péjoratifs tels que īkstoņa (« râleur »), ou bien exploiter les vastes ressources du russe ou de l’anglais.

Mots thématiques

Proverbes traditionnels ou idiomes amusants

Virelangues

--> -->
Retour en haut