Aller au contenu

Espéranto

Esperanto lingvo

Nombre de locuteurs natifs

Entre 100 000 et 2-3 millions (100 000 le parlent couramment et 2-3 millions l’ont étudié)

Langue officielle en

Seulement dans les rencontres et congrès internationaux d’espéranto

Langue minoritaire en

Les espérantophones vivent dans plus de 120 pays. Ils ne sont considérés comme une minorité nulle part.

Diaspora

L’ensemble des espérantophones peut être considéré comme une diaspora. Ils vivent partout dans le monde, ont leur propre culture mais aucun statut légal.

Alphabet
28 lettres
Cas grammaticaux
2
Code de langue
eo, epo
Typologie linguistique
agglutinante avec des tendances isolantes , ordre des mots libres
Famille de langue
Langue néo-latine
Nombre de dialectes
Pas de dialectes

Mot le plus long

administrateurs des impôts de l’État
C’est le plus long mot trouvé dans un texte, mais il est possible de créer des mots beaucoup plus longs tout en respectant les règles de grammaire de l’espéranto, par exemple : kontraŭkolektivismobatalantoj (« combattants contre le collectivisme »), gekontraŭdelikventismospecialiĝintoj

Phrase ou mot curieux

Mots polysémiques :
koleg-o : collègue, kol-eg-o : grand cou
bombon-o : bonbon, bomb-ono : fraction de bombe
kultur-o : culture, kul-tur-o : tour de moustique, kult-ur-o : aurochs de culte
ĉarm-ul-in-o : femme charmante, ĉar-mul-ino : mule de chariot

Introduction

La langue a été initiée par Ludwik Lejzer Zamenhof, qui a créé la grammaire sur la base des langues européennes en réduisant les exceptions au minimum. Le vocabulaire est principalement tiré des langues romanes, bien que l’on trouve aussi des mots germaniques et empruntés à d’autres langues. Après la parution du premier manuel en 1887, la nouvelle langue a attiré une communauté de locuteurs et a commencé un processus normal d’évolution au sein d’une communauté qui l’a utilisée dans des environnements variés et a créé une culture associée à la langue. Deux décennies plus tard sont nés les premiers enfants qui parlaient en espéranto avec leurs parents, c’est-à-dire les premiers locuteurs natifs de la langue. On peut donc dire qu’il s’agit d’une langue créée pour la communication internationale, qui a ensuite été créolisée et qui est aujourd’hui la langue d’une diaspora d’espérantophones.

L’espéranto a été créé sur la base du vocabulaire des langues indo-européennes, mais son but était d’être facile à apprendre. Pour cette raison, sa grammaire est agglutinante, une caractéristique typique des langues turques et finno-ougriennes, mais à un niveau plus profond elle est isolante, comme le mandarin et le vietnamien, c’est-à-dire que ses morphèmes peuvent être utilisés comme des mots indépendants. Sa grammaire est entièrement régulière et permet de créer une très grande quantité de mots en combinant des radicaux avec une quarantaine d’affixes : par exemple, à partir du radical san- (« santé, sain »), il est possible de créer des mots tels que malsana (« malade »), malsanulo (« personne malade »), gemalsanuloj (« personnes malades des deux sexes »), malsanulejo (« hôpital »), sanigilo (« remède »), saniĝinto (« personne qui a guéri »), sanigejo (« lieu de traitement »), malsaneto (« petite maladie »), malsanego (« maladie grave »), malsanegulo (« personne très malade »), sanstato (« état de santé »), sansento (« sensation de santé »), sanlimo (« limite de santé »), malsankaŭzanto (« pathogène »), kontraŭmalsanterapio (« thérapie contre la maladie »)… Les principales classes de mots (noms, verbes, adjectifs et adverbes) ont des terminaisons systématiques qui permettent de toujours les reconnaître. La régularité de l’espéranto le rend particulièrement facile à apprendre, et sa capacité à créer des nouveaux mots simplement en fait une langue très productive, avec un vocabulaire potentiellement illimité capable d’exprimer de nouveaux concepts. Par exemple, il est possible d’écrire un roman à propos de Martiens en forme de table et de les qualifier de tablo (« table »), tablino (« table femelle »), tablido (« petit de table »)… On peut imaginer un appareil qui simplifie la vie sexuelle et l’appeler sekssimpligilo (« simplificateur de sexe »), une personne qui marche en arrière (inversmarŝanto, « marcheur inverse »), un remède contre le dogmatisme (maldogmigilo, « dédogmatiseur »), etc.

Histoire

  • 1878

    Une première version primitive de l’espéranto, appelée par Zamenhof Lingwe Uniwersala, est achevée. Cependant, elle diffère considérablement de l’espéranto moderne.

  • 1887

    Zamenhof publie avec l’aide de sa femme Unua Libro, le livre jetant les bases de l’espéranto moderne.

  • 1889

    Le premier magazine en espéranto, La Esperantisto, est publié à Nuremberg, et le premier club d’espéranto est fondé.

  • 1905

    Le premier congrès mondial (Universala Kongreso) se tient à Boulogne-sur-Mer. 688 personnes y participent.
    Le Fundamento de Esperanto est publié.

  • 1908

    L’association mondiale d’espéranto (Universala Esperanto-Asocio) est fondée.

  • 1954

    L’UNESCO établit des relations avec l’association mondiale d’espéranto. Première résolution de l’UNESCO.

  • 1985

    Deuxième résolution de l’UNESCO, qui encourage les États-membres de l’ONU à ajouter l’espéranto à leurs programmes scolaires.

  • 1987

    6000 espérantistes sont présents au 72e congrès mondial d’espéranto à Varsovie, pour marquer le centenaire de la langue.

  • 2002

    lernu! est lancé. Il s’agit du plus grand site pour apprendre l’espéranto, entièrement gratuit.

  • 2008

    La version en espéranto de Wikipédia, la plus grande encyclopédie en ligne, atteint 100 000 articles.

  • 2009

    Il est désormais possible de passer des examens internationaux d’espéranto à trois niveaux (B1, B2, C1) et d’être évalué dans quatre compétences (compréhension écrite et orale, expression écrite et orale) selon le Cadre européen commun de référence pour les langues.

  • 2012

    Google Translate ajoute l’espéranto comme 64e langue.

Écriture et prononciation

  • a
  • b
  • c
  • ĉ
  • d
  • e
  • f
  • g
  • ĝ
  • h
  • ĥ
  • i
  • j
  • ĵ
  • k
  • l
  • m
  • n
  • o
  • p
  • r
  • s
  • ŝ
  • t
  • u
  • ŭ
  • v
  • z

L’espéranto se lit comme il s’écrit : chaque lettre est toujours prononcée de la même façon, chaque son est toujours représenté par la même lettre, et l’accent tonique est toujours sur l’avant-dernière syllabe. Les diphtongues telles que aŭ, eŭ, oŭ comptent comme une seule syllabe.

Quelques lettres spéciales de l’espéranto avec une transcription française : ĉ = tch, ŝ = ch, ĝ = dj, ĥ (comme ch en allemand), ĵ = j.

Grammaire

Tous les noms se terminent par -o : tabl-o (table), lamp-o (lampe), hom-o (homme).

Tous les adjectifs se terminent par -a : bela (beau), granda (grand), malgranda (petit).

Tous les verbes se terminent par -i à l’infinitif : havi (avoir), iri (aller).

La terminaison du présent est -as : mi manĝas (je mange), li manĝas (il mange), ili estas (ils sont), mi estas (je suis), ŝi estas (elle est).

La terminaison du passé est -is : li lernis (il a appris), ili estis (ils étaient), homo estis (un homme était), li manĝis (il a mangé).

La terminaison -os indique le futur : mi lernos (j’apprendrai), Marko sidos (Marc s’assiéra).

En plus du nominatif, il y a une terminaison indiquant l’accusatif utilisée avec les noms, les adjectifs et les pronoms, au singulier comme au pluriel : -n, par exemple Mi vidas aŭton. Aŭton mi vidas. (« Je vois une voiture »).

L’ordre des mots est libre grâce à l’accusatif.

Le pluriel est indiqué par la terminaison -j, ajoutée après le -o ou le -a : libro (livre), libroj (livres).

Il y a une quarantaine de préfixes et suffixes qui permettent de créer des nouveaux mots. Parmi les plus fréquents, on trouve le préfixe mal-, qui inverse le sens des mots : bona (bon) devient malbona (mauvais), bela (beau) devient malbela (laid).

Le suffixe -ul indique une personne : grandnazulo = personne au grand nez. Le suffixe -in permet de créer les formes féminines : grandnazulinoj = femmes au grand nez.

Singulier Pluriel
Nominatif Accusatif Nominatif Accusatif
Article (un / le) - / la - / la - / la - / la
Adjectif (grand) granda grandan grandaj grandajn
Nom (loup) lupo lupon lupoj lupojn

Il existe deux principaux portails pour apprendre la langue en ligne. www.lernu.net est pour tout le monde et www.edukado.net est destiné aux enseignants.

Wikipédia en espéranto : eo.wikipedia.org

Mots thématiques

Proverbes traditionnels ou idiomes amusants

--> -->
Retour en haut