Aller au contenu

Croate

Hrvatski jezik

Nombre de locuteurs natifs

4,4 millions

Langue officielle en

Croatie, Bosnie-Herzégovine, Serbie (l’une des 7 langues officielles de Voïvodine), UE

Langue minoritaire en

Monténégro, Hongrie, Autriche, Italie, Roumanie

Diaspora

Allemagne, Suède, France et autres pays d’Europe de l’Ouest, Argentine, États-Unis, Canada, Australie, Nouvelle-Zélande

Alphabet
27 lettres, 30 phonèmes (nj, lj, dž sont des phonèmes écrits avec deux lettres)
Cas grammaticaux
7
Code de langue
hr, hrv
Typologie linguistique
flexionnelle , omission du sujet , SVO
Famille de langue
Indo-européen, slave, slave méridional
Nombre de dialectes
3 groupes de dialectes avec environ 25-30 sous-dialectes

Mot le plus long

héritière au trône

Phrase ou mot curieux

En haut, les montagnes brûlent moins bien.
4 accents de hauteur différents

Introduction

Le croate est très proche du serbe, du bosnien et du monténégrin. De nombreuses variantes locales de la langue littéraire croate se sont développées à partir du XVe siècle, et le croate a acquis sa forme actuelle (avec quelques différences) au XIXe siècle.

Au XIXe siècle, il y avait un fort mouvement pour une langue slave du Sud unifiée. En raison de son influence, des langues standards très proches ont été développées pour le serbe et le croate. C’est pourquoi beaucoup de gens considéraient pendant la majeure partie du XXe siècle qu’il n’y avait qu’une langue, le serbo-croate (ou croato-serbe). D’autres personnes pensaient qu’il s’agissait de deux langues à part, le croate et le serbe. Le monténégrin, en raison de son vocabulaire technique et de son lexique spécialisé, peut être considéré comme une variété de serbe, bien qu’il ait beaucoup de caractéristiques propres. Il est difficile de dire ce qu’est le bosnien standard, mais ce qui est sûr, c’est qu’il se situe quelque part entre le serbe et le croate et qu’il a plusieurs variétés ; c’est aussi le plus proche du monténégrin. Quoi qu’il en soit, les locuteurs de ces quatre langues peuvent communiquer sans interprète. Les plus grandes différences se manifestent dans le vocabulaire spécialisé de presque tous les domaines. Les Croates et les Serbes peuvent à peine se comprendre lorsqu’ils parlent de mathématiques, de biologie, de droit ou même de cuisine, s’ils n’ont pas appris au préalable le vocabulaire de l’autre peuple. Il est à noter qu’il y a aussi des différences dans l’écriture : le serbe et le monténégrin peuvent être écrits en alphabet latin ou en cyrillique, tandis que le croate et le bosnien utilisent exclusivement l’alphabet latin.

Les langues slaves sont divisées en trois groupes : les langues slaves occidentales (polonais, tchèque, slovaque, sorabe, cachoube, slovince), orientales (ukrainien, biélorusse, russe et rusyn) et méridionales (slovène, croate, serbe, monténégrin, bosnien, macédonien et bulgare).

La stèle de Baška (Baščanska ploča) qui date de l’an 1100 environ

Dialectes

Le territoire linguistique croate est divisé en trois aires dialectales : chtokavien, kaïkavien et tchakavien. Des œuvres littéraires ont été composées dans les trois dialectes, mais principalement en chtokavien, qui a servi de base pour élaborer la langue standard.

  • Čakavsko narječje
  • Kajkavsko narječje
  • Štokavsko narječje

Source: Wikimedia Commons

Écriture et prononciation

  • a
  • b
  • c
  • č
  • ć
  • d
  • đ
  • e
  • f
  • g
  • h
  • i
  • j
  • k
  • l
  • m
  • n
  • o
  • p
  • r
  • s
  • š
  • t
  • u
  • v
  • z
  • ž

Le croate s’écrit en alphabet latin, bien qu’au début des duchés croates il ait été écrit avec l’alphabet glagolitique, créé spécialement pour les langues slaves, ou bien en écriture cyrillique occidentale (bosančica). À une époque, les trois écritures étaient utilisées en même temps dans des régions différentes, et parfois même dans la même région. En fin de compte, seul l’alphabet latin est resté. L’alphabet actuel est phonétique, c’est-à-dire que la même lettre est toujours lue de la même façon. Il y a 28 lettres : l’alphabet latin de base sans x, y et q, mais avec č, ć, đ, š et ž. Il y a trois autres phonèmes représentés par des digrammes : lj, nj et .

Il est donc très simple de lire un texte croate. Le seul problème est l’accent tonique, parce que n’importe quelle syllabe (sauf la dernière) peut être accentuée, mais un accent incorrect peut parfois complètement changer le sens d’un mot. En revanche, ce n’est pas le cas pour l’accent de hauteur (il y a quatre accents de hauteur, un peu similaires aux tons du chinois : deux descendants et deux montants, et chacun peut être long ou court). Par exemple, la phrase « Gore gore gore gore » a quatre mots apparemment identiques, mais en raison des différents accents de hauteur, ils ont quatre sens différents : « En haut, les montagnes brûlent moins bien ».

Grammaire

Globalement, on peut dire que la grammaire du croate, comme celle de toutes les autres langues slaves, est très complexe. Il y a deux nombres (singulier et pluriel), chacun d’entre eux a sept cas (nominatif, génitif, datif, accusatif, vocatif, locatif et instrumental), et tout cela doit être combiné avec trois genres (masculin, féminin et neutre) ; pour savoir quelle forme a un nom, il faut prendre en compte sept cas, deux nombres et trois genres, donc en théorie il y a 42 formes possibles. Les verbes ont sept temps (présent, futur I, futur II, imparfait/aoriste, parfait et plus-que-parfait) et deux nombres (singulier et pluriel). Il y a trois personnes (je, tu, il/elle au singulier, nous, vous ils/elles au pluriel). Les verbes ont aussi deux aspects (perfectif et imperfectif), et l’aspect de chaque verbe doit être appris, parce qu’il change le paradigme de conjugaison qui sera choisi : par exemple, skočiti (« sauter ») et skakati (« sauter plusieurs fois »).

De plus, de nombreux verbes sont irréguliers et ont leurs propres terminaisons. Il y a aussi des particularités concernant des changements de sons à l’intérieur des mots (assibilation, palatalisation, etc.). Tout comme les noms, les adjectifs et les pronoms sont complexes. Les adjectifs peuvent aussi être définis ou indéfinis.

Formation des mots et vocabulaire

Exemples de conjugaison des verbes :

Présent :

Singulier Pluriel
1re personne idem
je vais
idemo
nous allons
2e personne ideš
tu vas
idete
vous allez
3e personne ide
il/elle va
idu
ils/elles vont

Aoriste :

Singulier Pluriel
1re personne pođoh
j’allais
pođosmo
nous allions
2e personne pođe
tu allais
pođoste
vous alliez
3e personne pođe
il/elle allait
pođoše
ils/elles allaient

Parfait :

Singulier Pluriel
1re personne išao sam
je suis allé
išla sam
je suis allée
išli smo
nous sommes allés
išle smo
nous sommes allées
2e personne išao si /išla si
tu es allé(e)
išli ste/išle ste
vous êtes allé(e)s
3e personne išao je/išla je
il est allé/elle est allée
išli su/išle su
ils sont allés/elles sont allées

Il y a aussi un plus-que-parfait et deux futurs (I et II).

Noms :

Singulier Pluriel
Nominatif stol
table
stolovi
tables
Génitif stola
de la table
stolova
des tables
Datif stolu
à la table
stolovima
aux tables
Accusatif stol
table
stolove
tables
Vocatif stole
table !
stolovi
tables !
Locatif o stolu
à propos de la table
o stolovima
à propos des tables
Instrumental stolom
avec la table
stolovima
avec les tables

Tous les noms ont un genre (masculin, féminin et neutre). L’exemple ci-dessus montre un nom masculin. Les noms féminins et neutres ont d’autres terminaisons. Quand on apprend un nom, il faut aussi apprendre son genre (comme en allemand).

Le croate utilise la consonne R comme une voyelle dans certains mots, par exemple smrt (« mort »), krv (« sang »), brv (« petit pont »), etc. Il y a des mots contenant 5 ou 6 consonnes à la suite sans voyelle, comme smrtno (« mortel »), stvrdnuti (« durcir »)…

En croate, il y a en fait 31 phonèmes, parce qu’une diphtongue (prononcée ie ou ) est écrit je ou ije.

Mots thématiques

Proverbes traditionnels ou idiomes amusants

Retour en haut